Alien Earth, de Megan Lindholm, chez Le livre de poche

Robin Hobb est mondialement connue pour ses sagas de fantasy, un peu moins sans doute pour ses incursions dans l’univers de la SF. J’étais curieuse de découvrir ce qu’elle avait pu en faire.

 

Le roman commence tout doux, avec trois des cinq protagonistes qui soutiennent toute l’histoire. John est capitaine d’un Anilvaisseau, l’Évangéline. Connie a été recrutée pour être son lieutenant. Un équipage réduit, mais assisté, on le comprend bien vite, par Tug, une intelligence non-humaine quasi omnisciente dans le vaisseau. Alors, il n’y a pas des masses d’action dans ce roman, tout se déroule quasiment en huis clos, mais cela suffit à nous tenir en haleine car Megan Lindholm a le don de faire vire ses personnages de l’intérieur. Nous voilà dans les pensées et ressentis de Tug, Connie, John, Raef et de l’Anile Evangéline, à suivre leur évolution jusqu’à la confrontation finale.


Quant à l’univers, il repose sur l’idée d’une humanité devenue dépendante des Arthroplanes, une race exta-terrestre intelligente, pour les voyages spatiaux. Et une question, qui traverse l’histoire : pourquoi envoyer un Anilvaisseau vers cette Terre abandonnée depuis des millénaire ?

Couv Alien Earth de Megan Lindholm

Partager l’article

restons en contact

bio

Après un passage convenu en prépa littéraire, j’ai étudié la photographie, les langues orientales et l’histoire de l’art, avant d’exercer divers métiers qui n’ont pour seule vocation que de nourrir ma passion pour le voyage. Je suis revenue à l’écriture après bien des détours et des chemins de traverse. Encore un moyen, pour moi, d’explorer les territoires de nos émotions et de nos rêves. La mémoire, la transmission, la culture et l’identité, le rapport à l’autre et à la nature sont autant de thèmes que j’explore à travers le prisme de la science-fiction.
 
Mon roman Quitter les monts d’Automne (septembre 2020, Albin Michel), a reçu le prix Rosny Aîné et a été nominé au Grand Prix de l’Imaginaire et au prix Utopiales.
 
Je suis aussi l’autrice d’une trentaine de nouvelles, dont « Pour une simple étincelle d’amour », 3ème prix au concours Visions du Futur 2016 et « La cloche, hasta siempre ! », 1er prix au concours Visions du Futur 2018.