Paris, Paradis

Dans l’anthologie Arkuiris du Prix Écrire la Ville 2018.

 

Cette nouvelle fait partie des nouvelles finalistes du Prix Écrire la Ville 2018.

 

Que se passerait-il si nous disposions d’une technologie de téléportation permettant aux citadins de vivre à grande distance de leurs lieux de travail ? Quelles conséquences sur nos milieux naturels et nos campagnes ? L’histoire évoque cette question à travers la trajectoire de deux protagonistes qui ne se connaissent pas, mais dont la ville rend les destinées interdépendantes.

 

Arkuiris est une maison d’édition à but non lucratif créée en 2003, qui publie des livres, essais ou fictions, portant notamment sur les questions qui engagent l’avenir de nos sociétés.

Partager l’article

restons en contact

bio

Après un passage convenu en prépa littéraire, j’ai étudié la photographie, les langues orientales et l’histoire de l’art, avant d’exercer divers métiers qui n’ont pour seule vocation que de nourrir ma passion pour le voyage. Je suis revenue à l’écriture après bien des détours et des chemins de traverse. Encore un moyen, pour moi, d’explorer les territoires de nos émotions et de nos rêves. La mémoire, la transmission, la culture et l’identité, le rapport à l’autre et à la nature sont autant de thèmes que j’explore à travers le prisme de la science-fiction.
 
Mon roman Quitter les monts d’Automne (septembre 2020, Albin Michel), a reçu le prix Rosny Aîné et a été nominé au Grand Prix de l’Imaginaire et au prix Utopiales.
 
Je suis aussi l’autrice d’une trentaine de nouvelles, dont « Pour une simple étincelle d’amour », 3ème prix au concours Visions du Futur 2016 et « La cloche, hasta siempre ! », 1er prix au concours Visions du Futur 2018.