Le Droit du sol, journal d’un vertige, de Étienne Davodeau

Coup de coeur BD ! Le droit du sol, d’ Étienne Davodeau, aux éditions Futuropolis.


Tombée par hasard dessus alors que je m’étais réfugiée à la médiathèque pour écrire au calme… Une très belle découverte !


Le projet : « Relier, en marchant, deux lieux, deux actes pour les mettre en résonance. Les peintures rupestres de Pech Merle, dans le Lot, et le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, , dans la Meuse ».


Un récit simple, beau et intuitif, qui met en lumière le « non dit » de la politique pro nucléaire, et qui interroge notre lien à la Terre et aux générations futures

Couverture du livre Le Droit du sol, Étienne Davodeau_Futuropolis

Partager l’article

restons en contact

bio

Après un passage convenu en prépa littéraire, j’ai étudié la photographie, les langues orientales et l’histoire de l’art, avant d’exercer divers métiers qui n’ont pour seule vocation que de nourrir ma passion pour le voyage. Je suis revenue à l’écriture après bien des détours et des chemins de traverse. Encore un moyen, pour moi, d’explorer les territoires de nos émotions et de nos rêves. La mémoire, la transmission, la culture et l’identité, le rapport à l’autre et à la nature sont autant de thèmes que j’explore à travers le prisme de la science-fiction.
 
Mon roman Quitter les monts d’Automne (septembre 2020, Albin Michel), a reçu le prix Rosny Aîné et a été nominé au Grand Prix de l’Imaginaire et au prix Utopiales.
 
Je suis aussi l’autrice d’une trentaine de nouvelles, dont « Pour une simple étincelle d’amour », 3ème prix au concours Visions du Futur 2016 et « La cloche, hasta siempre ! », 1er prix au concours Visions du Futur 2018.